Passer au contenu principal

Ou faire ses devoirs (La presse.ca)

*Source : http://maison.lapresse.ca/decoration/mobilier/201210/11/01-4582363-ou-faire-ses-devoirs.php



Où faire ses devoirs?

Le pupitre d'école par Tipy Design, 380$. En... (Photo fournie par Tipy)
Le pupitre d'école par Tipy Design, 380$. En vente chez NüSpace.
PHOTO FOURNIE PAR TIPY
  • Mélanie Roy, collaboration spéciale
(Montréal) Quel espace de travail devrait-on réserver aux enfants à la maison pour leurs devoirs? Afin de départager l'idéal de la réalité, nous vous présentons l'avis d'une psychologue en milieu scolaire et d'une enseignante au primaire, toutes deux mères de trois enfants.
Il n'y a pas d'avis unanime, pas de solution miracle transposable d'une famille à l'autre. Afin d'aménager l'endroit idéal pour les travaux scolaires à la maison, il faut tenir compte de l'âge et, surtout, du tempérament de l'enfant. Est-il autonome? Calme? Facilement distrait?
«Certains enfants ont plus de difficulté à supporter le silence et arrivent à mieux se concentrer lorsqu'ils travaillent avec un bruit de fond. Les isoler n'est pas toujours le meilleur choix», estime Julie Côté, psychologue en milieu scolaire. Elle tire la même conclusion pour les enfants qui ont davantage besoin de supervision et qui peinent à garder le cap sur leurs devoirs lorsqu'ils sont laissés à eux-mêmes.
Selon Mme Côté, le choix du lieu importe peu. Il faut toutefois favoriser un endroit calme, où seront réunies certaines conditions visant à faciliter la concentration. Par exemple, elle conseille de garder le matériel à portée de main afin de minimiser les déplacements, les va-et-vient inutiles, une fois que l'enfant est installé. Si l'enfant n'a pas de coin bureau à lui tout seul (un luxe!) pour entreposer le nécessaire, on peut éviter l'éparpillement en gardant les dictionnaires, crayons ou calculatrice dans une boîte ou un panier qu'il pourra facilement transporter d'une pièce à l'autre.
Marie-Claire Daneault, enseignante au primaire à la Commission scolaire de Montréal, corrobore les propos de Julie Côté. Lorsqu'elle rencontre les parents, au mois de septembre, elle évite de prodiguer des conseils trop fermes pour éviter d'accroître inutilement la pression qu'ils subissent déjà. Elle connaît bien l'écart qui peut se creuser entre la théorie et la pratique. «Dans l'idéal, tous les enfants termineraient leurs devoirs dans un espace bien délimité, strictement consacré à l'étude. Dans la réalité, il en va autrement: les chambres sont souvent partagées, sinon surchargées, exiguës, exemptes de fenêtres...» Idéalement, les conditions à la maison reproduiraient plus ou moins celles d'une salle de classe: bureau dégagé et bien éclairé, lieu propice à la concentration, chaise confortable et dossier bien ajusté, outils à portée de main.
Un «coin» de table
Mais même le plus beau bureau peut devenir trop encombré ou être délaissé par les plus petits, qui cherchent à se rapprocher de leurs parents. D'où la tendance de l'enfant à élire domicile... sur la table de la cuisine. Que pensent nos deux professionnelles de cette habitude?
«Il n'y a pas, a priori, de contre-indication à ce sujet, explique Julie Côté. Or, ce sont des pièces centrales de la maison, dans lesquelles on circule beaucoup, souvent à aire ouverte et à proximité de la télévision. Le danger, ce sont les distractions qui guettent l'enfant. Mais si l'environnement est calme, la table vide, libérée d'objets, il n'y a pas d'inconvénient.» Et lorsque les parents exercent une surveillance, l'enfant s'applique parfois davantage...
«Les risques de distractions sont aussi importants dans la chambre, donc à l'écart, mais où l'enfant est entouré par ses jouets et son ordinateur, qu'autour de la table de la cuisine», reconnaît Marie-Claire Daneault. Elle remarque que la progression des élèves est davantage liée à l'intégration d'une routine de devoirs à la maison et à l'implication des parents dans l'apprentissage qu'au contexte physique dans lequel tout cela s'effectue.
«Le problème est dans l'expression faire ses devoirs sur le coin de la table», nuance Julie Côté. On imagine ce coin-là encombré, les frères et soeurs qui s'agitent, la télévision allumée. En fait, je préciserais: il n'est pas essentiel que l'enfant ait son espace personnel, qui démarque bien le temps des devoirs de celui des autres occupations quotidiennes. Mais il faut que l'espace qu'il choisit d'occuper, à ce moment-là précisément, revête cette fonction.»

Messages les plus consultés de ce blogue

Verrière d'intérieur : bois ou métal?

Totalement tendance depuis des années en France, la verrière d'intérieur est de plus en plus présente en Amérique du Nord.

En effet, la verrière permet de laisser passer la lumière sans entièrement cloisonner les espaces, que ce soit une cuisine, un salon ou dans les chambres. Il arrive aussi de plus en plus souvent que ce soit pour séparer des salles de bains attenantes à une chambre.

Or, on nous pose souvent la question: Verrière d'intérieur en bois ou métal?

Nous avons l'habitude de fabriquer des verrières comme des cloisons pour séparer des pièces, les personnaliser et optimiser l'espace en conservant ou en donnant de la luminosité à votre intérieur.

Nous avons l'habitude de travailler sur des structures en bois, plus simple et moins couteuses pour un usage résidentiel, mais surtout parce que c'est une matière locale, noble et qui se recycle.

On va tout de même essayer d'être objectifs en pesant les arguments pour les deux possibilités, car on ne peut pas ai…

Verrière d'intérieur: combien ça coute?

Tipy prend une pause le temps de recruter un nouveau collaborateur,
et on vous explique pourquoi!
*Source: Gustave Caillebotte - Musée d'Orsay - Google 


La petite histoire des verrières de Tipy:

Il y a 12 ans, avec Marc, mon mari, nous voulions ajouter une verrière d'intérieur à la pièce
qui deviendrait la chambre de notre première fille. Nous avons demandé des devis/soumissions,
et les propositions que l'on nous renvoyait était bien au dessus de nos budget et s'apparentait plus à
des budgets de vérandas exterèrieures qu'à un cadre avec des verre, servant à isoler une pièce de
la maison. Fort de créativité, bricoleur dans l'âme, il avait déjà refait une bonne partie de l'appartement tout seul,
Marc a décidé de se lancer dans la fabrication de sa première verrière. Nous étions déjà bien entouré
d'une grande verrière en métal donnant sur l'extérieur (faut dire que nous étions dans un appartement
typique parisien, nous avons toujours choisi et vécu dans d…

Verrière d'intérieur française : Essayez la couleur

1- La verrière doit-elle en acier pour un aspect industriel?  On nous contacte souvent pour des verrières au look industriel. En revanche, l'acier ne fait pas toute la différence pour avec cet aspect là. Les structures en bois offrent la possibilités d'ouvrir les projets à de multiples choix de finitions. On trouve de plus en plus en plus de peinture avec une aspect 'métal' et ça fait la job! On peut aussi peindre la verrière en noir ou gris anthracite, mat le plus souvent, pour donner l'illusion d'une cloison industrielle.

2- Le bois, cette manière noble et écologique... La tendance penche plus en plus vers le bois brut: faire ressortir la matière noble à l'état brut (teint ou verni) pour la mettre encore plus en valeur et en faire une partie de votre intérieur qui ne sera pas juste une cloison pratique!
En plus d'être écologique, et recyclable, le bois peut être travailler à l'infini, et chez Tipy Design - Passion du Bois, on aime jouer avec la m…